Souvent, après une semaine de repas réguliers, on s’autorise le week-end ou les vacances à déguster des gâteaux, des sucreries, des snacks, des barbecues, ou les traditionnelles feijoadas ou macarronadas des grands-mères, des mères ou des belles-mères. Cependant, la consommation de certains aliments à forte teneur en sucres, glucides et graisses est la principale cause de mauvaise digestion, car leur fréquence est généralement régulée, mais pas les quantités.

La conséquence de l’exagération des quantités de bonbons – qui sont naturellement déjà plus difficiles à digérer, sont des sensations de malaise, d’estomac lourd et d’intestin congestionné. Pour résoudre l’affaire, outre le changement d’attitude – essayer d’éviter les abus alimentaires – il existe d’excellentes options de jus naturels qui peuvent aider le processus digestif.

Les jus naturels ne sont pas seulement un remède pour la désintoxication, ils peuvent et doivent être consommés en même temps que la nourriture – à condition de ne pas exagérer.

Il n’y a pas de raison d’avoir peur de prendre des jus en mangeant, ils sont d’excellents compagnons de tout plat, car, contrairement à ce que l’on pense, les liquides, lorsqu’ils sont appropriés, sont des partenaires, et non des ennemis, de la digestion légère.

20 recettes crémeuses pour se régaler toute l’année

Le jus naturel : une digestion parfaite

Les jus naturels, en plus d’être nutritifs en eux-mêmes, favorisent l’action des enzymes digestives dans l’estomac – évitant ainsi un tel effet de “ventre bouilli” ; et potentialisent l’absorption des bonnes substances contenues dans les aliments qui sont ingérés avec eux.

Ingrédients spéciaux

Tous les fruits, légumes et céréales peuvent être des ingrédients de jus naturels qui ont pour objectif de faciliter la digestion, car dans ses compositions naturelles il y a toujours des fibres. Pour ceux qui recherchent des options plus spécifiques et donc plus efficaces, il convient de composer leur jus naturel avec certains des éléments ci-dessous :

Ananas et papaye : contiennent respectivement de la broméline et de la papaïne, des enzymes qui aident à la digestion des aliments à forte teneur en protéines ;

Citron : agit comme un astringent dans l’estomac et évite les sensations de “brûlure”, empêchant une acidité excessive ;

La banane : elle a un fruit, un amidon résistant qui contribue à la régularisation du transit intestinal, aidant même à faire reculer la diarrhée ;

Yaourts : beaucoup contiennent des bactéries probiotiques qui, au contact de la muqueuse intestinale, favorisent la prolifération de micro-organismes qui agissent en favorisant l’équilibre de la flore intestinale et inhibent la colonisation des bactéries dans le tractus gastrique ;

Menthe, romarin, citronnelle, camomille, sauge, boldo, quasia, racine de gentiane, carqueja, anis étoilé, menthe et psyllium : ils possèdent plusieurs composants qui sont d’excellents antiémétiques – ils favorisent l’amélioration des nausées ; ils évitent l’accumulation de gaz et stimulent la motilité du système digestif ;

Gingembre : aide à la sécrétion gastrique et possède un pouvoir anti-inflammatoire naturel, aidant à la digestion et luttant contre la gastrite, les brûlures, les douleurs et les nausées ;

Chou : contient des substances qui aident au processus de cicatrisation des muqueuses, à la détoxification du système digestif et au soulagement des symptômes de l’indigestion ;

Avoine, orge, lin et sésame : ils possèdent des fibres insolubles qui agissent en donnant de la consistance à ce qui sera excrété et en régulant le transit intestinal.

Pour ceux qui s’interrogent sur l’intérêt pratique d’adopter la routine saine consistant à préparer et à boire des jus naturels, la nutritionniste Isabella Peixoto conseille : “Laissez la paresse de côté et pensez intelligemment : en prenant soin de votre alimentation, vous gagnerez du temps et de l’argent en allant chez le médecin. Avec un peu d’organisation, il est possible de tout rendre plus pratique : éplucher les fruits et légumes, les séparer en pots et les conserver au congélateur pour gagner du temps de préparation sans perdre les bienfaits des nutriments pour garder le corps en bonne santé et avec de belles courbes”.

Même pour ceux qui n’ont pas de problèmes digestifs, l’adoption de jus naturels est importante pour maintenir le corps bien nourri et en équilibre. Envisagez d’inclure davantage de jus naturels dans votre alimentation.

15 aliments aphrodisiaques qui vous feront escalader les murs

Les informations contenues sur cette page sont uniquement à titre d’information. Il n’est pas destiné à remplacer les conseils et le soutien des médecins, des nutritionnistes, des psychologues, des professionnels de l’éducation physique ou d’autres spécialistes.

Tisane, boisson fermentée, jus, kombucha, kéfir…

Certaines boissons peuvent favoriser la digestion. L’Express Styles fait le point sur ces breuvages.

Tisanes, kombucha, ou tout simplement eau: certaines boissons améliorent la digestion, ce complexe processus permettant d’assimiler les éléments nutritifs. Cela dit, “pour bien digérer, il faut avant tout prendre le temps de manger et de mastiquer. Souvent, on mange soit trop vite, soit en trop grosse quantité”, rappelle Ysabelle Levasseur, diététicienne à Paris et à Cannes. 

Le kombucha et le kéfir: fermentation et digestion

Ces breuvages peuvent facilement être fabriqués à la maison. Le kombucha et le kéfir sont des boissons fermentées. 

Tous les deux contiennent des probiotiques naturels. Comme l’écrivent Camille Oger et Luna Kyung dans L’Art de la fermentation (La Plage), il s’agit de “micro-organismes (bactéries, champignons et levures) présents dans notre alimentation et considérés comme bénéfiques pour la santé”. Avec les prébiotiques (leur “repas”), ces probiotiques contribuent à l’équilibre de la flore intestinale, et par conséquent au bon fonctionnement de l’intestin. 

Les tisanes et infusions

La bonne vieille tisane d’après repas est tout à fait justifiée. “Certaines plantes, préparées en infusion, peuvent aider à la digestion. Préférez des plantes du jardin ou bio. L’idéal, c’est de faire des mélanges”, conseille Ysabelle Levasseur.  

Chaque type d’infusion a ses vertus. “Les plantes carminatives (gingembre, fenouil, aneth, estragon, thym…) favorisent l’expulsion des gaz intestinaux et permettent donc de lutter contre les ballonnements”, souligne la diététicienne. 

Il y a donc l’embarras du choix. “Le chardon-Marie est bon pour le foie: il stimule la sécrétion biliaire et donc la digestion. La réglisse apaise les brûlures d’estomac. L’artichaut permet de lutter contre les douleurs abdominales, mais aussi les ballonnements. Le cumin est antispasmodique.” 

D’après Le Grand Livre des aliments (Eyrolles), on peut aussi choisir de se concocter une infusion d’anis étoilé, de verveine ou de tilleul (des stimulants digestifs), de camomille (pour lutter contre les maux d’estomac ou une digestion trop lente) ou encore de mélisse (antispasmodique, contre les crampes d’estomac). Le gingembre, le thym ou la menthe, délicieux en décoction, favorisent aussi la digestion. 

On entend de plus en plus parler des avantages de la consommation des jus de légumes  frais.  Mais  pourquoi ne pas plutôt manger des légumes entiers? Le fait est que dans les légumes, les nutriments sont emprisonnés dans des cellules fibreuses. Et iI est très rare qu’on mâche suffisamment nos légumes pour libérer de la fibre les nutriments qu’ils renferment. Étant donné que notre estomac n’a pas de dents, les nutriments qui y arrivent encore prisonniers de la cellulose vont passer tout droit dans notre système digestif.
Par ailleurs, les aliments entiers exigent plusieurs heures de digestion avant que les nutriments qu’ils contiennent soient assimilés au niveau cellulaire. Ainsi, les jus extraits de légumes frais et crus offrent un moyen par excellence de fournir à nos cellules et à nos tissus l’apport de tous les nutriments et enzymes dont nous avons besoin. Donc, il est d’une importance vitale d’avoir recours aux «aliments vivants» pour donner à nos cellules ce qu’il leur faut pour se réparer au fur et à mesure qu’elles se reproduisent, et l’apport de jus frais à notre régime alimentaire assure l’assimilation rapide et facile des éléments nutritifs.

Le jus de carotte

En fonction de l’état de santé de chacun, le jus de carotte cru peut être consommé tout le temps en quantités raisonnables, soit de 50cl à 300 ou 400 cl par jour. Il a pour effet d’aider à la normalisation du système tout entier. Il représente la plus riche source de vitamine A que le corps humain puisse assimiler rapidement, et assure une importante provision de vitamines B, C, D, E, G, et K. Il ouvre l’appétit et facilite la digestion.

A condition qu’il soit extrait correctement de carottes crues fraîches, propres et de bonne qualité, le jus de carottes est particulièrement riche en éléments alcalins organiques vitaux tels que le sodium et le potassium. Il présente aussi une bonne teneur en calcium, magnésium et fer, tandis que le phosphore, soufre, silicium et chlore équilibrent parfaitement les précédents.

Il est recommandé pour la consolidation et l’entretien de la structure osseuse des dents.

Les mères allaitantes auront grand intérêt à boire de grandes quantités de jus de carottes, correctement préparé, de façon à optimiser la qualité de leur lait, l’allaitement maternel pouvant, dans certains cas, ne pas apporter suffisamment de nutriments vitaux. Dans les derniers mois de la grossesse, le jus de carottes consommé en bonnes quantité est un facteur de réduction du risque de fièvre puerpérale après l’accouchement.

Boire tous les jours 50cl de jus de carottes sera toujours plus réparateur pour le corps qu’avaler des quantités massives de comprimés de calcium.

Le jus de carottes cru est un agent de résistance aux infections, son action se conjuguant à celle des glandes surrénales. Il aide à la prévention des ophtalmies et des laryngites, des amygdalites et des sinusites, et de toutes les infections des organes respiratoires en général. Il protège efficacement le système nerveux et est inégalable comme stimulant de la vigueur et de la vitalité.

Les affections hépatiques et les affections intestinales sont parfois dues à des carences en éléments dont le jus de carotte est riche. Lorsque c’est le cas, un nettoyage ostensible du foie se manifeste et l’on constate une dissolution des matières qui l’encombraient. Ce phénomène est parfois si important que les canaux intestinaux et urinaires se révèlent insuffisants pour le maîtriser, aussi, d’une manière parfaitement naturelle, ces sécrétions passent dans la lymphe qui les élimine de l’organisme par les pores de la peau. L’évacuation de ces sécrétions, teintées d’un pigment orange ou jaune, a tendance à colorer la peau. Lorsqu’une telle coloration se manifeste après l’absorption de jus de carottes, ou d’autres jus, c’est l’indication que le foie subit un nettoyage mérité.

Ce n’est pas le jus de carottes lui-même ni le carotène qui pigmentent les sécrétions, car la coloration de la peau pourra être observée même lorsque le jus aura été filtré et débarrassé de pratiquement tout son pigment. Il est tout aussi rigoureusement impossible pour le carotène de franchir la barrière cutanée, qu’il le serait pour le pigment rouge des betteraves de colorer le corps en rouge, ou pour la chlorophylle des légumes verts de nous verdir le teint…

En tout état de cause, ne vaut-il pas mieux arborer une peau saine et satinée, même si elle tire un peu sur le orange (mais certains n’y voient-ils pas un succédané avantageux de bronzage…) plutôt qu’un teint cireux qui trahira la mauvaise condition physique du corps, surtout lorsqu’il s’accompagne de boutons et autres marques cutanées ?

Plutôt que de se lamenter sur l’apparition de cette coloration, qui finira de toute façon par s’estomper, soyez plutôt reconnaissants que la détérioration de votre foie ait été stoppée ou prévenue par la consommation de jus ! On peut toutefois retarder cette coloration cutanée en ralentissant le processus de nettoyage, soit en changeant de jus soit en ajoutant d’autres jus à celui qui est la cause d’une action de nettoyage aussi rapide. Manque de sommeil et de repos, surmenage, peuvent également occasionner des modifications de la coloration cutanée.

Les glandes endocrines, gonades et glandes surrénales principalement, ont besoin des nutriments présents dans le jus de carotte cru.

La stérilité est parfois surmontée grâce à son utilisation. La cause de la stérilité peut dans certains cas être attribuée à la consommation permanente de nourritures vidées de leurs atomes et de leurs enzymes par la cuisson ou la pasteurisation.

Les problèmes de peau sèche, dermatite, et autres taches cutanées sont dues à des carences en éléments nutritifs que contient le jus de carotte. Ceci est également le facteur de troubles oculaires tels qu’ophtalmies, conjonctivites, etc.