L’action des vitamines et des minéraux, que l’on peut trouver notamment dans les compléments alimentaires a fait l’objet d’allégations validées par la Commission européenne et publiées au Journal Officiel, marquant ainsi la reconnaissance officielle de l’action bénéfique des vitamines, minéraux et de certaines substances. Les vitamines et les minéraux sont des éléments indispensables à notre organisme pour son fonctionnement et sa construction. La vitamine E est un terme collectif désignant les substances liposolubles qui ne peuvent être produites par l’organisme lui-même. 

Ils doivent donc être approvisionnés de l’extérieur par des aliments bio tels que des huiles végétales, des noix ou de la margarine. Si une quantité insuffisante de vitamine E est absorbée sur une longue période, une carence se produit. Les symptômes typiques d’un tel manque sont des troubles digestifs, un manque de concentration, une susceptibilité accrue aux infections et la dégradation des muscles.

Description de la vitamine E

La vitamine E joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane de toutes les cellules du corps. Elle est antioxydante, c’est-à-dire qu’elle contribue à la neutralisation des radicaux libres dans l’organisme. De plus, elle empêche ou réduit l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (LDL). Cette oxydation des LDL est associée à l’apparition de l’athérosclérose et donc à l’AVC. La vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Ces effets, qui ne sont pas reliés à son activité antioxydante, jouent également un rôle cardioprotecteur.

Sous le terme de vitamine E, on regroupe 4 formes de tocophérols et 4 formes de tocotriénols. Parmi les 4 tocophérols, l’alpha-tocophérol est la forme la plus présente dans le corps. Il est aussi l’unité de mesure pour les apports nutritionnels recommandés et la teneur en vitamine E des nutritions bio. La plupart des suppléments sur le marché renferment de l’alpha-tocophérol. La mention « tocophérols mélangés » sur une étiquette indique que le produit contient, en plus de l’alpha-tocophérol, du bêta-tocophérol, du gamma-tocophérol et du delta-tocophérol, les autres composés de la vitamine E. 

Le corps absorbe mieux la forme naturelle de la vitamine E que la forme synthétique. Il existe une controverse au sujet du facteur d’équivalence entre ces 2 formes2-3, mais un consensus semble s’être établi parmi les experts, autour d’un rapport de 1,54-6. Donc, 400 UI de vitamine E sous forme naturelle équivalent à 600 UI sous forme synthétique. Certains praticiens recommandent d’avoir recours exclusivement aux suppléments qui se présentent sous une forme naturelle plutôt que de prendre 1 ½ dose de suppléments de synthèse. La section Autres noms, au début de la présente fiche, permet de vérifier la liste des ingrédients figurant sur les emballages et de distinguer les suppléments de source naturelle de ceux qui renferment des tocophérols synthétiques. Dans les nourritures enrichies, c’est généralement la vitamine E synthétique qui est utilisée par les fabricants.

Bienfaits de la vitamine E

La vitamine E, tout comme la vitamine A et C, fait partie des antioxydants et est donc un important capteur de radicaux dans notre corps. Les radicaux libres sont des composés agressifs créés par des réactions chimiques, le tabagisme, le stress ou par l’exposition à des rayons de haute énergie comme le soleil ou les rayons X. Dans l’organisme, ils endommagent les protéines, la structure des cellules et aussi l’ADN. Grâce à sa fonction de protection, la vitamine E serait capable de ralentir les processus de vieillissement et de protéger contre le cancer et les maladies cardiovasculaires. En plus de son résultat antioxydant, elle influencerait également le contrôle des gonades. C’est pourquoi on l’appelle aussi vitamine antiseptique. Cependant, les résultats n’ont pas encore été scientifiquement prouvés.

Elle agit en synergie avec d’autres nutriments, tels que la vitamine C, le bêta-carotène et le sélénium. Elle protège en particulier les lipides constitutifs des membranes cellulaires, ainsi que les lipoprotéines LDL, les lipoprotéines sont les transporteurs du cholestérol dans le sang. Elle contribue aussi à la prévention de l’athérosclérose, altération des artères, en empêchant les plaquettes sanguines de s’agglutiner, en exerçant une action anti-inflammatoire et en stimulant la production de substances vasodilatatrices. Elle pourrait participer à la prévention de la DMLA, dégénérescence maculaire liée à l’âge, de la cataracte et du déclin des facultés intellectuelles avec l’avancée en âge. Elle semble limiter la baisse des défenses immunitaires chez les personnes âgées.

La vitamine E : « vitamine beauté »

Outre le fait de réduire le développement des problèmes cardiovasculaires, de contribuer à protéger le corps du cancer ou encore de limiter la baisse des défenses immunitaires, c’est un puissant antioxydant qui lui vaut le nom de « vitamine beauté ». Comme les vitamines A et D, la vitamine E est liposoluble (c’est-à-dire soluble dans les graisses). Par conséquent, si vous voulez avoir votre dose, il faudra consommer en premier lieu de l’huile de tournesol, ensuite de l’huile de noisette et pour compléter le podium, de l’huile de colza. Les céréales complètes, les olives, le jaune d’œuf, le beurre, l’avocat, les sardines, les oléagineux (amandes, cacahuètes, noisettes…) ou encore les pruneaux, en contiennent également. Attention, la vitamine E est sensible à la lumière, il faut donc conserver ces aliments dans des contenants bien opaques. En moyenne, une femme doit consommer 9,9 mg de vitamine E par jour (15,5 mg pour un homme). Outre l’alimentation, il est également possible de trouver de la vitamine E dans les produits cosmétiques. Pour cela, il faut chercher « tocophérols » sur les étiquettes, il s’agit du nom savant de la vitamine E.). Sinon, il est possible de mettre directement sur la peau des huiles végétales riches en vitamine E, comme l’huile d’avocat ou l’huile d’amande douce.

En raison de l’effet antioxydant de la vitamine E, cette substance est utilisée dans de nombreux produits de soins de la peau. Un bon apport en vitamine E contribue pour le maintien de la peau en bonne santé. On dit qu’elle contribue à améliorer la surface de la peau, à augmenter la teneur en eau et à ralentir les processus de vieillissement. La vitamine E a aussi un rôle très intéressant sur la peau, c’est un excellent actif anti-âge, particulièrement recommandé pour les peaux sèches et matures et dans les soins réparateurs après-soleil. Dans le même temps, elle aide à stimuler la production de collagène, protéine qui détermine le maintien et l’élasticité de l’épiderme. Celles qui cherchent une cure de jouvence seront servies. En prime, son action antioxydante contribue au renforcement des ongles et à l’amélioration de la croissance des cheveux. Cette vitamine aide à prévenir la chute des cheveux, améliore la circulation du cuir chevelu, équilibre la production d’huile, contrôle les frisottis et donne un éclat naturel aux cheveux. Vous pouvez l’intégrer à votre alimentation en privilégiant des légumes verts, des noix, des huiles végétales et des graines.

À ce titre, l’huile de vitamine E est particulièrement conseillée pour les peaux sèches et sensibles, car elle est très grasse. Il est possible de l’appliquer directement sur le visage ou d’en mélanger quelques gouttes dans sa crème de nuit afin de laisser à la peau du visage le temps de l’absorber. La vitamine E aurait également une conséquence anti-inflammatoire et accélérerait la cicatrisation des plaies superficielles. Outre les cosmétiques, elle est également utilisée dans les crèmes solaires, car on dit que cette substance a un résultat protecteur sur la peau. Elle aide ainsi à protéger les peaux contre le stress oxydatif.

L’huile à la vitamine E pour le visage et le corps 100 % naturelle et bio est lise en vente. Cette huile légère, infusée avec des huiles de jojoba, d’avocat et de son de riz, pénètre facilement et adoucit votre peau. Elle favorise la production de collagène et d’élastine. Les rides sont visiblement réduites, les taches brunes sont atténuées, votre peau est rajeunie. Cette huile à la vitamine E est plus facile d’usage que les capsules. Une capsule en tant que crème peut être utilisée pour le contour des yeux. La peau du contour des yeux est plus délicate et subit généralement les conséquences négatives de l’exposition au soleil. Il peut être bénéfique à ce moment-là d’appliquer le contenu d’une capsule comme crème, il n’y a aucun risque.

Vitamine E : présence dans l’alimentation

Selon la société allemande de nutrition (DGE), la quantité quotidienne recommandée de vitamine E est de 12 à 14 milligrammes. D’autres institutions comme le Berkeley Institute, par exemple, recommandent des rations considérablement plus élevées. Les femmes enceintes et allaitantes doivent généralement prendre un peu plus de vitamine E que les autres personnes. En outre, les fumeurs, les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou qui souffrent de problèmes cardiaques, ainsi que celles qui traversent des phases stressantes de la vie, ont également besoin de rations plus élevées.

La vitamine E n’est produite que par les plantes, mais elle entre également dans l’alimentation animale par la chaîne alimentaire. Toutefois, leur teneur en vitamine E est nettement inférieure. Elle se trouve en plus grande quantité dans les huiles végétales telles que l’huile de germe de blé, de tournesol ou d’olive ainsi que dans les germes de céréales. Les besoins quotidiens peuvent être satisfaits, par exemple, par la consommation des produits alimentaires. Pendant le stockage et la préparation des alimentations, la lumière et la chaleur peuvent provoquer des pertes, mais celles-ci sont généralement, relativement mineures.

De façon générale, les noix, les graines, les huiles végétales et, dans une moindre mesure, les légumes à feuilles vertes sont de bonnes sources de vitamine E. Notez tout de même que les arachides et les pistaches contiennent moins de vitamine E que, par exemple, les amandes, les noisettes et les graines de tournesol. Cependant, pour obtenir des dosages thérapeutiques ou préventifs en général beaucoup plus élevés que l’ANR, les alimentations ne conviennent pas, car il faudrait consommer de grandes quantités de matières grasses, la vitamine E étant surtout présente dans les aliments gras.

Le complément se trouve dans les fruits et légumes, notamment mûre, pêche, kiwi, avocat, épinard, brocoli, les poissons et les œufs. Certaines céréales de petit-déjeuner sont enrichies en vitamine E. Le germe de blé peut compléter l’apport sans risque.

Carence en vitamine E

Bien que la vitamine E soit présente dans de nombreuses nutritions bio, seule la moitié environ des Allemands parviennent à couvrir leurs besoins en vitamine E par l’alimentation. En cas d’absorption insuffisante de ce nutriment, la corporation peut d’abord mobiliser les réserves du foie pour compenser le déficit. C’est pourquoi un manque ne survient souvent qu’après des années de manque. Les causes d’une insuffisance sont souvent des perturbations du métabolisme des graisses ou de la fonction hépatique. Par exemple, si le métabolisme des graisses est perturbé, la vitamine E ne peut plus être absorbée par les intestins. Une insuffisance peut également se produire chez les prématurés. En revanche, une cause liée à la nutrition est relativement rare.

Bien qu’extrêmement rare en France, l’insuffisance en vitamine E peut affecter la santé du système nerveux et les muscles et provoquer des troubles de la coordination. Elle peut aussi être à l’origine de l’anémie hémolytique chez les enfants en bas âge.

Carence en vitamine E : symptômes typiques

Une carence prononcée en vitamine E peut entraîner une anémie ou une détérioration des nerfs et des muscles. En outre, des symptômes tels que des troubles digestifs, de la fatigue et un manque de concentration, une sensibilité accrue aux infections et diverses allergies peuvent également apparaître. Pour remédier à une insuffisance en vitamine E, les capsules de vitamine E peuvent être prises en différents dosages. Ils sont souvent disponibles en combinaison avec les vitamines A et C, qui ont également un effet antioxydant. On dit que la consommation à forte dose de ces préparations peut prévenir des maladies telles que l’artériosclérose, les crises cardiaques, les maladies musculaires et articulaires, l’impuissance ainsi que le stress et les symptômes de la ménopause. Toutefois, ce résultat n’a pas été scientifiquement prouvé. Une étude japonaise a même montré que les préparations à forte dose provoquent des dommages à la substance osseuse chez les souris et les rats. Il faudra vérifier dans les études futures si ces résultats s’appliquent également à l’homme. En général, il convient d’utiliser des nutritions végétales à forte teneur en vitamine E plutôt que des capsules à forte dose.

Surdose de vitamine E

Une surdose de vitamine E ne peut pas être obtenue par l’alimentation, seule la prise de compléments alimentaires permet d’obtenir des rations élevées correspondantes. Cependant, si l’on prend trop de vitamine E, cela n’a généralement pas d’effets secondaires au début. Une étude japonaise a même montré que les préparations à forte dose provoquent des dommages à la substance osseuse chez les souris et les rats. Seul un surdosage grave et prolongé de plus de 800 milligrammes par jour peut provoquer des symptômes tels qu’indigestion, nausées, fatigue, maux de tête et une tendance accrue aux saignements et peut nuire à la santé. En conclusion, des vitamines prises dans le but d’améliorer la santé peuvent avoir l’effet contraire et la détériorer