Halle Berry ne rigole pas quand il s’agit de sa fille et de racisme, encore moins quand les deux sont liés. Elle a porté plainte contre Gabriel Aubry, le père de la petite Nahla, l’accusant de vouloir gommer son métissage.

Certains couples sont une évidence mais la liaison de ces deux-là avait surpris tout le monde, même s’ils furent reconnus finalement comme l’un des couples les plus glamours de Hollywood. En effet, Gabriel Aubry – top model québécois, 1m88, blond aux yeux verts – semblait incarner l’antithèse d’Eric Benét, marié à Halle Berry de 2001 à 2005.

Mais ce qui surprit le plus une des ex petites-amies du mannequin, c’est que Gabriel Aubry, « raciste borderline » selon elle, entame une relation amoureuse avec Halle Berry. Depuis leur séparation en 2010, Halle a refait sa vie avec Olivier Martinez et la bataille fait rage entre les anciens amants, tantôt pour la garde partagée de leur fille Nahla, tantôt pour une pension alimentaire (Halle Berry verse 16.000 dollars par mois à Gabriel Aubry pour les besoins de leur fille), tantôt pour des questions raciales.

Peu de temps après leur rupture, Gabriel Aubry insistait lourdement en déclarant que sa fille était blanche, ne supportant pas qu’on la dise noire ou afro-américaine. A l’époque, des proches de Halle Berry révélaient que le beau gosse n’était pas si adorable qu’il le laissait paraître. En privé, il faisait endurer de véritables violences verbales à l’actrice oscarisée, la traitant de « sale p*te » et de « négresse ». Plus récemment, il a entrepris de colorer en blond et de lisser les cheveux naturellement bouclés de la petite Nahla, 6 ans. Halle Berry, furieuse comme Tornade (son personnage dans X-MEN) et convaincue que Gabriel Aubry essaie de gommer son apparence métisse, a décidé de porter plainte contre lui pour comportement raciste envers leur fille.

Après moult débats, le juge a tranché : aucun des deux parents ne devra changer l’apparence  physique de la petite Nahla. Un jugement qui devrait satisfaire Halle Berry estimant qu’il reviendra à sa fille de s’identifier à la communauté dont elle se sentira le plus proche, une fois adulte.